Monthly Archives: mai 2015

Les écolabels

Qu’est-ce qu’un écolabel ?

Les écolabels sont des certifications officielles généralement attribuées par l’organisme AFNOR Certification, qui permettent de distinguer les produits et services plus respectueux de l’environnement. Leurs critères garantissent une diminution de leur impact environnemental tout au long de leur cycle de vie, sans pour autant diminuer leur exigences qualitatives en termes d’aptitude à l’usage. Pour les entreprises, les écolabels incitent également à la fabrication de produits plus respectueux de l’environnement.

Il existe des écolabels dans de nombreux secteurs tels que l’alimentation, le textile, la cosmétique, le bois, le high-tech, etc.. On peut les distinguer par l’apposition sur le produit d’une certification officielle. Également, il peut s’agir d’une norme ISO (comme l’autodéclaration 14021) ou d’une réponse à un cahier des charges. Les écolabels sont multicritères et prennent en compte tous les aspects du cycle de vie du produit ou service.

Les écolabels

ISO 14021

La norme ISO 14021 est une norme volontaire qui n’est pas soumise à certification : il s’agit d’une autodéclaration. Elle ne porte souvent que sur un aspect environnemental du produit ou une seule étape de son cycle de vie. Attention toutefois lorsque vous vous autodéclarez sur cette norme : vos dires doivent être véridiques et vérifiables.

Les labels génériques

eu-ecolabel ecolabel-nf-environnement

Les labels génériques prennent en compte l’intégralité du cycle de vie du produit et de nombreuses catégories sont labélisables. La marque NF Environnement est un écolabel français, tandis que l’Ecolabel Européen est le seul label officiel utilisable dans tous les pays de l’Union Européenne. Les deux ont une approche globale du cycle de vie du produit et les entreprises peuvent effectuer une demande de certification auprès des organismes titularisés.

Les labels pour les déchets

anneau_moebius-ecolabel-dechet-olmiplast

L’anneau de Mœbius est un écolabel signifiant que le produit/emballage est recyclable, ou contient au moins 65 % de matières recyclées.

cradle-to-cradle-ecolabel-dechet-olmiplast

L’écolabel Cradle to Cradle certifie qu’un produit fabriqué doit pouvoir, lorsqu’il arrive en fin de vie, constituer à nouveau le même produit. Ceci doit être réalisable sans modification ni ajout autre qu’énergétique.

point-vert-ecolabel-dechet-olmiplast

L’écolabel point-vert ne doit pas être confondu avec l’anneau de Mœbius. En effet il signifie que, conformément à la loi, le distributeur du produit contribue financièrement au programme d’Eco-Emballages.

Les labels pour l’high-tech

TCO-ecolabel-hi-tech-olmiplast

L’écolabel TCO est destiné aux écrans d’ordinateur qui contiennent au minimum 85 % de plastique recyclé post-consommation (en poids). Ces écrans ont nécessité moins de matières premières pour être conçus, leur fabrication engendre moins de pollution et d’émission de CO2 et on a donc moins de matières ajoutées au flux de déchets.

Focus sur la sérigraphie

La sérigraphie est une technique d’impression largement utilisée dans le domaine de l’industrie. Olmiplast vous propose aujourd’hui un focus sur ce procédé.
La sérigraphie est une technique d’impression qui utilise des écrans (initialement en soie) interposés entre l’encre et le support. Il s’agit d’un procédé qui offre des possibilités techniques plus étendues que les autres techniques d’impression ; aussi il est très utilisé notamment dans les secteurs de l’industrie graphique (signalétique, publicité, textile, etc.) et des arts visuels.

Le principe

Le support à imprimer est maintenu en place contre trois taquets ou contre un calage sur table aspirante afin d’être stable. L’encre est ensuite déposée sur l’écran à l’aide d’une raclette en plastique souple qui va faire pénétrer l’encre à travers les mailles du tissu de l’écran. L’opération est répétée autant de fois qu’il y a de supports et de couleurs à imprimer et un nettoyage minutieux est nécessaire entre chaque raclage. Des séchages intermédiaires sont également à prévoir au moyen de divers procédés (à l’air libre, en étuve ou encore en tunnel UV selon l’encre utilisée).

Les avantages

L’impression par sérigraphie est applicable sur tous supports (papier, textile, plastique, bois, etc.). Si elle est un peu moins rapide que l’impression offset, elle est économiquement plus intéressante, notamment pour les petites et moyennes séries.
Parce qu’elle autorise un fort dépôt d’encre, la sérigraphie offre un rendu extrêmement qualitatif, avec des couleurs intenses et une tenue de très longue durée. Également, les supports imprimés gardent une bonne opacité.
Depuis l’utilisation de l’encre UV, le procédé d’impression par sérigraphie permet également d’impression de détails fins.

La sérigraphie et l’environnement

L’impression par sérigraphie nécessite l’utilisation de grandes quantité d’eau par les entreprises qui l’utilisent. C’est pourquoi aujourd’hui elles traitent généralement leurs eaux usées et les réutilisent pour les processus.
L’élimination des déchets encrés et solvants de nettoyage se développe de plus en plus et se fait de manière plus propre auprès d’entreprises spécialisées.

 

L’éco-conception : principe et intérêts

L’éco-conception a pour objectif de minimiser l’empreinte environnementale d’un produit ainsi conçu. Pour cela, elle prend en compte plusieurs références telles que le cycle de vie du produit, mais également sa consommation, la pollution et les rejets qu’il émet. Egalement, l’éco-conception tient compte de divers intrinsèques liés au produit.

Qu’est-ce qu’un produit éco-conçu ?

Pour un service rendu ou des performances identiques, un produit dit “éco-conçu” a moins d’impact sur l’environnement et la santé humaine, tout au long de son cycle de vie, par rapport à un produit conçu de manière standard.
Ainsi sont pris en compte pour s’assurer d’une production propre : les matières premières et la technologie utilisées pour la conception, mais également les comportements humains, les déchets et émissions produits, ou encore l’organisation mise en place (fournisseurs, distributeurs, etc.).

Pourquoi éco-concevoir ?

Nous faisons aujourd’hui face à une prise de conscience collective que notre monde est à ressources limitées et à capacités d’absorption finies. De même, l’environnement et les écosystèmes se fragilisent de plus en plus à cause du réchauffement climatique. C’est pourquoi l’éco-conception gagne du terrain sur tous les fronts, des entreprises aux clients, en passant par les fournisseurs et les entités législatives.

Les intérêts à intégrer une démarche d’éco-conception au sein d’une entreprise sont multiples :

  • Il s’agit d’un facteur d’innovation. En effet, on dresse le bilan actuel de la globalité du cycle de vie d’un produit afin d’en déterminer les axes d’amélioration possibles et de rechercher les solutions applicables à chaque étape. Décider d’intégrer l’éco-conception au sein de sa stratégie d’entreprise permet alors d’anticiper les évolutions des produits ou les tendances de développement ou positionnement des marchés.
  • Cela permet d’améliorer l’image de l’entreprise en tant qu’entité respectueuse de l’environnement. Une bonne image auprès des clients permet d’augmenter votre activité et ainsi votre résultat. Les multiples certifications et labellisations permettent de bien faire les choses et de le faire savoir. Néanmoins les règles de communication sont très strictes et il est important de les respecter afin de ne pas tomber dans le greenwashing, qui est une pratique lourdement sanctionnée.
  • Enfin, la réglementation actuelle tient compte de la préservation de l’environnement et de la santé humaine, et le Droit Européen est de plus en plus exigeant sur ces thématiques, notamment depuis la Conférence de Rio en 1992. En intégrant les principes d’éco-conception à votre activité, vous vous assurez tout simplement d’être en phase avec la loi.

L’éco-conception chez Olmiplast

Dans notre entreprise, nous employons pour nos produits des matériaux conformes aux normes européennes et ne comportant aucune des matières chimiques exclues par la liste REACH. De même, nous nous engageons depuis plusieurs années dans le recyclage des matières plastiques utilisées.

Focus métier : Ingénieur Packaging

Un packaging a plusieurs fonctions : de la protection du produit à l’incitation à l’achat, en passant par des facilités de transport comme d’usage. Il doit également respecter des normes environnementales de recyclage et de pollution, et doit permettre au client de s’informer sur le produit.

Le métier

La mission de l’ingénieur packaging est de répondre à tous ces critères en respectant diverses contraintes d’ordre technique. Il doit également honorer les attentes des entreprises, qui cherchent à réduire les coûts de leurs conditionnements tout en les améliorant (réduction de poids, de taille, etc.).

Interface entre plusieurs métiers, l’ingénieur packaging, devra composer  avec les clients ou les fournisseurs. Il est également le partenaire rationnel du plus créatif designer packaging. Son rôle est de proposer des packagings qui apportent une valeur ajoutée aux consommateurs, en termes d’efficacité, d’ergonomie ou encore d’efficacité ou de protection.
L’ingénieur packaigng doit trouver des réponses réactives et pertinentes aux demandes des services marketing et recherches et développement, réaliser les tests qualité du prototype, etc.. Cela exige un travail constant sur les matériaux, leur résistance, leur impact environnemental et leur neutralité par rapport au produit contenu.
L’ingénieur packaging occupe donc un poste clé et se doit d’être polyvalent, en montrant tant des qualités créatives que techniques afin de répondre aux diverses contraintes mécaniques liées à la conception d’un packaging aux normes.

Les grandes étapes

L’ingénieur packaging suit une méthodologie de conception rigoureuse, pour un résultat final sans appel.

L’audit est une étape évidente et incontournable dans la stratégie packaging. Il permet à l’ingénieur de comparer les packagings concurrents. Egalement, cela lui permet de déterminer les contraintes liées au produit et comment les contourner dans la réalisation du packaging.
Vient ensuite la réalisation des prototypes, d’abord sur support numérique afin de tester les différentes combinaisons de formes et matières. Ainsi, l’ingénieur peut comparer les avantages et inconvénients de chaque prototype pour les améliorer et concevoir un packaging réel correspondant aux attentes de l’entreprise, comme des consommateurs.

La version finale validée, le packaging est produit à échelle industrielle. Néanmoins, les packagings doivent être régulièrement revus pour correspondre aux nouvelles normes de qualité, sécurité ou environnement. Egalement, les évolutions des habitudes de consommation mènent à des renouvellements de packaging.